Italie: Pacs et avortement

Publié le par Marie

Enfin il serait temps que l'Italie évolue !

Toutes les femmes doivent se sentir libre de pouvoir avorter !

Tous les homos et les lesbiennes ont le droit de s'aimer au grand jour et de se marier si ils ont envie !


Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté samedi en Italie pour le droit à l'avortement et pour un Pacs à l'italienne.

Des défilés organisés deux jours après une claire prise de position du pape Benoît XVI contre la pilule abortive et les unions d'homosexuels.

Plusieurs dizaines de milliers de manifestants ont défilé samedi en Italie pour réclamer la reconnaissances des unions d'homosexuels et pour défendre le droit à l'avortement - deux points contre lesquel le pape Benoît XVI s'est clairement exprimé dans la semaine. A Milan, l'ancien commissaire européen et dirigeante du parti radical Italien, Emma Bonino, s'est félicitée de "la très importante participation" et de "la détermination" des manifestants venus défiler pour le droit à avorter, estimés à 60.000 par la police et à plus de 150.000 par les organisateurs. "Les gens ont compris que les démarches du clan clérical ont dépassé les limites et qu'il faut défendre ce droit", a-t-elle déclaré. "Personne n'a l'intention de modifier la loi", a rétorqué un des dirigeants de la coalition au pouvoir, le député Ignazio la Russa, membre de l'Alliance nationale, le parti de la droite conservatrice dirigé par le vice-premier ministre et chef de la diplomatie Gianfranco Fini. Une nouvelle manifestation sera organisée le 11 février à Naples, a annoncé un des organisateurs, Susanna Camusso.

Une partie de la droite italienne soutenue par l'Eglise a lancé une offensive contre l'avortement et une enquête parlementaire a été ouverte sur l'application de la loi 194 de 1978 réglementant l'interruption de grossesse. La droite se défend de vouloir modifier la loi, mais exige l'application de toutes ses dispositions. La loi stipule en effet que des "consultants familiaux (assistantes sociales et psychologues) aident la femme pendant sa grossesse et contribuent à surmonter les causes qui pourraient la conduire à vouloir avorter". Hostile à l'avortement, le ministre de la Santé Francesco Storace, membre du parti Alliance nationale, a réclamé une "présence culturelle pluraliste" dans les centres de consultation pré-avortement et a souhaité l'implication des membres du "Mouvement pour la vie", une association catholique antiavortement dont l'activité a été récemment saluée par le pape Benoît XVI.

Pacs symboliques à Rome

A Rome, un magistrat de la cour de cassation italienne a symboliquement uni plusieurs couples homosexuels au cours d'une manifestation organisée pour réclamer une reconnaissance juridique des unions hors mariage, condamnées par le pape. Aux cris de "Tous en Pacs (Pacte civil de solidarité français)" ou "sortons du silence", plusieurs milliers de personnes ont participé sur la place Farnèse, devant l'ambassade de France, à "la grande fête des libertés civiles" organisée par l'Arcigay, la principale association italienne de défense des homosexuels. "L'extension des droits des couples mariés aux couples de fait est acte de bon sens", a pour sa part plaidé le député Franco Grillini (DS), président d'honneur de l'association Arcigay et auteur d'une proposition de loi pour instaurer un Pacte civil de solidarité à l'image de la disposition en vigueur en France.

Sa proposition a été déposée en 2002, mais elle est bloquée au Parlement par les partis catholiques de la majorité et de l'opposition. Et le chef de l'opposition italienne, Romano Prodi, catholique pratiquant, a pris ses distances avec la manifestation organisée place Farnèse. La radio du Vatican a pour sa part critiqué samedi une "manifestation de sexualité idéologique" et le ministre chargé des réformes, Roberto Calderoli, membre de la Ligue du nord, a dénoncé "une initiative nauséabonde". Le pape Benoît XVI a qualifié jeudi de "grave erreur" le fait "d'obscurcir la valeur et les fonctions de la famille légitime fondée sur le mariage, en attribuant à d'autres formes d'union des reconnaissances juridiques dont l'exigence sociale n'est pas une vraie réalité".

Ma source est http://tf1.lci.fr/infos/monde




 


Publié dans Acutalités

Commenter cet article

kéline 09/02/2007 22:33

bonsoir Marie, l'église vieille de 2000 ans  a un pouvoir spirituel et non pas temporel. Certes elle est puissante en Italie et son influenece est plus grande qu'ailleurs mais  ce n'est pas elle qui  fait voter les lois.  bisous

Sylviane 09/02/2007 21:32

Je suis de l'avid d'Henri.. que la majorité s'exprime et que l'Etat accepte la décision prise...
Bisous, Syl

henri 09/02/2007 16:19

Il faudrait organiser un référendum comme au Portugal! Les électeurs décideront!

josie 09/02/2007 13:14

Je suis entièrement d'accord avec tes deux premières phrases ! gros bisous à vous deux ! A bientôt Marie .