CONDAMNATION A MORT

Publié le par Marie


Cette histoire me touche et me révolte beaucoup, c'est une injustice !

Aujourd'hui 19 décembre 2006
peine de mort en Libye pour les infirmières bulgares, indignation en Europe !

Vous avez entendu parler de cette affaire ?

Voici le détail de l'affaire :

Le procès principal des accusés en Libye. Résumé

Cinq infirmières et un médecin bulgares, ainsi qu'un médecin palestinien et huit Lybiens ont été arrêtés en Libye le 09 février 1999, accusés d'"assassinat prémédité" pour avoir provoqué "une épidémie par injection de produits contaminés par le sida à 393 enfants dont 23 sont déjà décédés" à l'hôpital pour enfants al-Fateh à Benghazi.

Les Libyens ont été acquittés, le docteur bulgare Zdravko Georgiev a été condamné à quatre ans de prison.

   
Hristiana Valya Nasia
Christiana Malinova
Valcheva,
épouse du dr
Zdravko Georgiev.
Valia Georgieva
Cherveniashka,
originaire de Byala Slatina.
Nassya Stoitcheva
Nenova,
16 ans d'expérience,
travaillait à l'hôpital de Sliven.
Valentina Snejana Ashraf
Valentina Manolova
Siropulo,
20 ans d'expérience,
travaillait à l'hôpital
de Pazardjik.
Snezhana Ivanova
Dimitrova,
originaire de Gabrovo.
Ashraf Ahmad
Jum'a

Historique des événements :

Ils ont été condamnés à mort le 6 mai 2004.
Revue de presse des journaux bulgares (mai 2004), [lire ...]

En 1998, à Benghazi, Libye, des enfants libyens sont trouvés porteurs du virus du SIDA.
Le 9 février 1999, la police arrête, sans mandat, de nombreux professionnels de la santé, travaillant en Libye. La majorité des détenus sera ensuite relâchée, à l'exception de cinq infirmières bulgares et d'un médecin palestinien. Les autorités les accusent d'avoir sciemment transmis le virus du SIDA à 426 des enfants à l'hôpital où ils travaillaient comme coopérants.
Février 2004 : les accusés étrangers déclarent aux délégués d’Amnesty International que des aveux leur ont été extorqués sous la torture et qu’ils s’étaient ensuite rétractés en arguant de la coercition.
06 mai 2004, le tribunal pénal de Benghazi acquitte les neuf médecins libyens, condamne un médecin bulgare à 4 ans d’emprisonnement et condamne à la peine de mort pour dissémination délibérée du virus, cinq infirmières bulgares et un médecin palestinien.
Des experts scientifiques de renom, tel le Professeur Luc Montagnier, découvreur du virus du SIDA, qui a témoigné devant le tribunal libyen, ont exclu la possibilité de contamination délibérée, compte tenu des circonstances de fait : certains enfants ont été contaminés avant même que les accusés commencent à exercer dans l'hôpital. Un grand nombre d'enfants n'ont jamais été soignés au sein des services dans lesquels les accusés ont travaillé.
Les accusés sont les boucs émissaires du manque d'hygiène dans l'hôpital et du manque de produits de première nécessité, conséquences des défaillances du système hospitalier libyen.

Un recours à l'encontre de la condamnation à mort a été introduit devant la Cour suprême de Libye. L'association humanitaire Avocats Sans Frontières-France (A.S.F.) décide d'apporter son concours à ce dossier.
[Voir la page A.S.F.]

27 avril 2005. Première audience en Appel reportée au 10 mai puis 17 mai et au 24 mai 2005.

25 mai 2005. Visite à Tripoli organisée spécialement en vue du procès par Bénita Ferrero-Valdner, commissaire européen aux relations extérieures [Lire en bulgare source ©mediapool.bg >>] et le 28 mai par Georgui Parvanov, Président de la République de Bulgarie.
31 mai 2005. La Cour de Cassation reporte le jugement au 15 novembre 2005, où elle infirmera ou confirmera la condamnation à mort, exécutoire alors dans les 60 jours.
02 juin 2005 – Article dans ©Libération : « Boucs émissaires du sida libyen »
En prison depuis plus de six ans, cinq infirmières bulgares et un médecin palestinien attendent leur exécution, accusés d'avoir sciemment inoculé le VIH. Enquête en Libye, où le pouvoir demande pour les libérer une compensation financière (note complémentaire : équivalente à celle versée par la Libye pour indemniser les parents des victimes des 2 attentats aériens où la Libye a été reconnue coupable).

30 septembre 2005. Radoslav Gaidarski, ministre bulgare de la Santé, s'est adressé à Marc Danzon, directeur du bureau régional de l'Europe de l'organisation internationale OMS (World Health Organization) d'intervenir dans les négotiations concernant le sort des infirmières bulgares. Ce dernier en a fait part à monsieur Philippe Douste-Blazy. (Source BTA).

La sentence est attendue pour le 15 novembre 2005.

[En]B.T.A. Bulgarian News Agency
[Fr]Radio Nationale Bulgare (Utilisez le moteur de recherche interne pour retrouver les articles).

Mardi 15 novembre 2005, la Cour suprême de Libye a décidé de reporter au 31 janvier 2006 sa décision sur la recevabilité de l'appel des cinq infirmières et du médecin condamnés à mort.

22 décembre 2005. La Cour suprême de Libye vient d’annoncer qu’elle statuerait le jour de Noël, le dimanche 25 décembre, sur le sort des cinq infirmières bulgares et du médecin palestinien condamnés à mort.

25 décembre 2005. La cour suprême de Libye a renvoyé le procès vers la cour pénale de Benghazi. Le représentant de l'association des parents d'enfants infectés a déclaré qu'il garde confiance en la justice libyenne. Un des parents d'enfants a manifesté contre cette décision qu'il a trouvée injuste.
Maître Hary Haralambiev, l'un des avocat des infirmières bulgares a déclaré être satisfait, car ceci signifie que c'est un indice que la justice lybienne se sent libre. Sa première demande, a-t-il ajouté, sera d'obtenir que les conditions d'emprisonnement des infirmières soient améliorées. Sources BTA/AFP. De nombreux médias français ont évoqué ce procès.

23 avril 2006. Le procès devrait recommencer à partir du 11 mai à Tripoli. D'après le ministre adjoint des affaires étrangères, monsieur Feim Tchaoushev, interwievé par Darik Radio le 22 avril 2006, les signes sont optimistes concernant la libération des infirmières bulgares vers le mois de septembre 2006.

11 mai 2006. Les nombreuses personnalités des domaines politiques, juridiques, économiques, hospitaliers, associatifs, etc... en Bulgarie, en France, aux Etats-Unis, en Libye et partout ailleurs ont exprimé le souhait d'une issue favorable et la libération des accusés la plus rapide possible.
Le procès a été reporté au 13 juin.

13 juin 2006. Le procès est reporté au 20 juin 2006. Le juge a indiqué que les séances auront lieu chaque semaine.

20 juin 2006. Le tribunal de Tripoli a accepté de joindre au dossier le témoignage de Smilyan Tachev. Le juge décidera en juillet si il accepte de procéder à une nouvelle expertise médicale. L'avocat libyen de la défense, Osman Bizanti a demandé qu'’elle soit effectuée par une équipe internationale.

L'avocat bulgare de la défense, Yalnuzov, a déclaré devant le juge que, malgré la relaxe des officiers libyens accusés de torture, la violence exercée sur les infirmières bulgares a une importance primordiale dans ce procès. Concernant la demande de Yalnuzov pour une expertise sur les séquelles corporelles, le tribunal a demandé des détails sur les violences subies, afin que la défense bulgare prouve l'existence réelle de la torture. L'avocat Bizanti a du motiver également devant le juge la demande de joindre le témoignage de dix Libyens.
Les infirmières ont réclamé la sortie de la salle de leur tortionnaire le colonel Misheri.
L'association des enfants libyens infectés du virus de SIDA a fait savoir qu'elle porte plainte contre le professeur Luc Montagnier et contre l'Italien Colizzi au sujet des conclusions de leur expertise sur l'épidemie. Son Président Idris Laga a déclaré que les pourparlers avec le Fonds International Benghazi avec son association sont au point mort.
Source[bg] BTA/Netinfo.bg >>

04 juillet 2006. Trois témoins à charge, des parents d'enfants victimes de la contamination, ont été entendus par le tribunal, livrant des témoignages très émouvants.

25 juillet 2006. La défense a été déboutée de sa demande d'une nouvelle expertise concernant la transmission du virus du sida. Maître Osman Bizanti aura le droit de presenter un resumé de la déposition des témoins lybiens. Le President de l'association des enfants malades, Idris Laga doit se rendre en Europe et notamment en France. Laga s'est adressé aux Avocats sans Frontieres, et aux Medecin sans frontieres pour leur indiquer qu'ils agissent sans connaîitre l'affaire et sans avoir accès aux documents.
Source ©Focus >>

08 août 2006. Le tribunal a de nouveau rejeté une demande de la défense de libérer sous caution les accusés, incarcérés depuis 1999. L'avocat de la défense, Me Othmane al-Bizanti, a mis en doute ces conclusions. Il a rappelé que la maladie avait auparavant été diagnostiquée chez trois infirmières de l'hôpital, dont une libyenne et une pakistanaise.

S'appuyant sur des déclarations d'experts internationaux, dont le co-découvreur du virus du sida, le professeur français Luc Montagnier, la défense soutient que l'épidémie était due aux mauvaises conditions d'hygiène.
Le tribunal a rejeté sa demande d'une contre-expertise internationale sur les conditions de propagation du virus. Source ©AFP/DNA.

29 août 2006. Le procureur a requis la peine de mort.

05 septembre 2006. Le réquisitoire de la peine de mort ne préjuge pas de l'issue du procès qui doit se poursuivre.
La France, tout comme l'ensemble des pays de l'Union européenne, est totalement solidaire de la Bulgarie dans le procès en cours. Elle souhaite la libération des infirmières bulgares, ainsi que du médecin palestinien.

21 septembre 2006. A la suite d'un malaise l'avocat de la défense Osman Bisanti a été hospitalisé peu avant le procès. Ainsi il n'y a pas eu de plaidoirie de la part de l'avocat des infirmieres bulgares.

L'avocat bulgare Plamen Yalnuzov a exprimé sa volonté de plaider en même temps que son collègue lybien à la prochaine audience le 31 octobre 2006.

13 octobre 2006. Lors de sa visite à Paris M. Sergueï Stanichev, premier ministre de la république de Bulgarie s'est entretenu avec M. Jacques Chirac. Ils ont évoqué le procès des infirmières bulgares en Libye.

26 octobre 2006. M. Philippe Douste-Blazy, ministre des Affaires étrangères a confirmé que des enfants libyens malades du sida sont accueillis dans plusieurs villes européennes où ils suivent des traitements liés à leur maladie. 150 d'entre eux sont accueillis dans des hôpitaux à Paris, Strasbourg, Toulouse et Montpellier. Ce programme a une vocation essentiellement humanitaire. Nous espérons toutefois qu'il pourra contribuer à susciter, au sein des familles et de l'opinion publique libyennes, un climat plus favorable à une solution conforme aux attentes de la communauté internationale s'agissant du sort des infirmières bulgares et du médecin palestinien,
Source Ministère des Affaires étrangères.
a-t-il ajouté.

31 octobre 2006. Pendant sept longues heures la Cour a entendu les plaidoiries des avocats des infirmières bulgares. Ceci, après que les autres parties du procès ont voulu se prononcer sur les plaidoiries des thèses défensives dans la salle judiciaire. L' avocat des accusées bulgares, Osman Bizanti, a plaidé près de deux heures en défense de ses clients. Le procès reprendra le 04 novembre 2006. Source BTA.

02 novembre 2006. 114 lauréats du prix Nobel ont écrit une lettre ouverte au colonel Mouammar Kadhafi, publiée sur le magazine scientifique international "Nature".
Nature.com

04 novembre 2006. Les plaidoires ont eu lieu. Le verdict sera connu le 19 décembre 2006.

06 décembre 2006. D' après une expertise publiée sur la revue scientifique britannique Nature
Le Nouvel Obs >
réalisée sur l'analyse d'échantillons prélevés sur 44 enfants infectés, il a pu être déterminé que les infections avaient commencé au sein de l'hôpital bien avant l'arrivée des infirmières et du médecin en mars 1998. Ces infections sont dues à un virus unique courant en Afrique occidentale. Or, la Libye abrite de nombreux ressortissants originaires de cette région de l'Afrique, notent les scientifiques.

15 décembre 2006. 500 000 euros supplémentaires sont alloués par la Commission européenne pour « continuer à soutenir la Libye dans son combat contre l'épidémie de sida à Benghazi ».

19 décembre 2006. Le verdict du tribunal de Libye : CONDAMNATION A MORT !! Leur défenseur maître Bisanti a annoncé qu'il fera appel dans les 30 jours. L'avocat lybien a declaré :" « On va étudier les motivations du tribunal pour comprendre si il s'agit d'une erreur ou d'une incompréhension des faits. » Source mediapool.bg


Ma source est http://www.bulgaria-france.net


 



Publié dans Acutalités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

alors que pensez vous? 01/11/2007 09:52

En resume,s'ils ont vraiment transmit à nos enfants le sida, alors ils doivent etre excute sans pitie, n importe quel soit leurs nationalite arabe ou bulgare n importe quel soit leur religion musulman ou cretien.si quelqu'un a fait un crime il doit payé cher.mais s'ils etions pas eux la libye doit s'excuse et les libere.mon a vis.soit disant qu ils etaient incapable ecq cette affaire et plus grave que celle de 10.000 personniers palestines?ou bien celle de prisonniers de GANTANAMOU et le prison secret de l USA? la question qui se pose pourquoi tt les monde parle de c darme surtout la france?pourquoi la france et le monde n essent pas de critiquer la libye?mmais personne qui parle de ceux qui se passe en palestine en usa en chine en russie ect...?enfin vous connaissez la reponce mais si vous la connaissez pas reflichissez.anti-sarko anti-kadhafy anti-sioniste anti-hypocrisme anti-injustuce      

alaligne 21/12/2006 16:38

article plus que nécessaire... bravo

kéline 21/12/2006 14:35

un petit coucou marie, on pensera à elles le jour de Noël. Qui sait ? peut être la grâce de khadafi ? Peut être une transaction possible, c'était le sujet à " c'est dans l'air " hier soir
bises

Cassandre 21/12/2006 11:39

Je suis comme toi, révoltée par cette condamnation inique... Mais quand l'homme n'est pas assez courageux pour reconnaitre ses erreurs... il va blâmer quelqu'un d'autre.. c'est simplement le cas ici.. Plus le fait que ça leur permet en plus de récolter quelques argents............  

gunnar 20/12/2006 22:56

La diplomatie européenne et internationale ne doit pas seulement préparer des guerres, préparer des sommets économiques internationaux ou soutenir des accords commerciaux pour soutenir une étrange agriculture... elle doit aussi sauver des vies.