La Vallée de la Mort

Publié le par Marie

           Carte postale de l'endroit où nous avons dormi une nuit

Endroit étrange... J'ai fait un voyage avec Elena dans cet endroit et pour moi cela a été très dur de passer dans ce désert. L'angoisse, le vide...
Je n'étais pas prête à ressentir un tel silence....

Un jour, j' irai dans le désert d'Atacama car aujourd'hui je me sens prête.


Je vais vous présenter cet endroit :


Le Parc National de la Vallée de la mort (ou Vallée de la mort, en anglais Death Valley National Park ou Death Valley) est situé à l'est de la Sierra Nevada en Californie et s'étend en partie au Nevada.

C'est un parc de zone aride et il contient le plus grand relief désertique de la partie continentale des États-Unis. Le fond de la vallée de la Mort est à plus de 90 mètres sous le niveau de la mer, alors que le mont Whitney, situé à 50 kilomètres à peine, s'élève à plus de 4 400 mètres.

Le cœur du parc, nommé Death Valley National Monument, a été créé en 1933 et a été promu au rang de parc national en 1994, puis a été significativement étendu. En plus de la partie centrale du parc, une petite portion, nommée le Trou du Diable (ou Devil's Hole) est située plus loin à l'est au Nevada, près de la réserve naturelle d'Ash Meadows (Ash Meadows National Wildlife Preserve).

Le parc est constitué de deux vallées principales : la vallée de la Mort et la Panamint Valley - toutes deux formées au cours des derniers millions d'années. Le parc est séparé de l'océan Pacifique par cinq chaînes de montagne qui assèchent complètement les entrées d'air océanique pourtant chargées d'humidité. En partie de ce fait, la vallée de la Mort est un des endroits les plus chauds de l'Amérique du Nord. Le 10 juillet 1913, un record de 56,7 °C a été mesuré à Badwater, ce qui restait — encore en 2003 — le record absolu de chaleur aux États-Unis.

Le sol de la vallée de la Mort est riche en minéraux divers, dont le borax, exploité pendant longtemps par une société minière, pour être utilisé dans la production de savon. Le produit fini raffiné était expédié depuis la vallée dans des wagons tirés par des groupes de 18 mules et 2 chevaux, qui ont donné la marque (renommée aux États-Unis) de 20-Mule Team.

Des moutons Bighorn vivent dans le parc et aux alentours. Il s'agit d'une espèce rare de moutons de montagne que l'on rencontre en petits troupeaux isolés dans la Sierra et la vallée de la Mort. Ces animaux très adaptables peuvent consommer à peu près n'importe quelle plante ; ils n'ont aucun prédateur connu, mais l'homme, lorsqu'il empiète sur leur habitat, est en fait leur plus grand danger.

L'histoire de la Vallée de la Mort

La présence indienne dans la vallée de la Mort remonte à 9000 ans : les Nevares Springs occupèrent la région au VIIe millénaire avant J.-C., lorsque la vallée de la mort était encore occupée par le Lac Manly. Ils furent ensuite remplacés par les Mesquite Flat People (vers 3000 avant J.-C.), puis par les Saratoga Spring People au début de l'ère chrétienne. Ces derniers ont laissé des témoignages de leur artisanat et de mystérieux signes gravés sur les pierres du désert. Les Indiens Shoshones (appelés aussi Timbisha, Panamint ou encore Koso) étaient présents avant l'arrivée des Blancs. Ils semblent qu'ils migraient en fonction des saisons : ils passaient l'hiver dans la vallée et remontaient en été dans les montagnes où ils ramassaient des pignons et pratiquaient la chasse.

Les premiers Européens qui la traversèrent furent des chercheurs d'or, en 1849, qui cherchaient un passage vers la Californie. Piégés pendant plusieurs mois dans une vallée sèche et presque dépourvue de toute vie animale ou végétale, ils lui donnèrent le nom de Death Valley. En réalité, un seul membre de l'expédition, âgé et malade, était mort dans la vallée. La légende de la vallée est née à ce moment-là.

Par la suite, des expéditions successives découvrirent des sources de minerai (cuivre, argent, or, plomb, borax) dans divers points de la vallée, dont l'exploitation ne dura en général que quelques années. Il reste de cette époque une poignée de villes minières fantômes : entre 1897 et 1903, la mine de Radcliffe produisit 15 000 tonnes d'or. Le curieux Château de Scottie, édifié par un amoureux du désert, est un autre site pittoresque. Le borax fut trouvé la première fois en 1881 par Rosie et Aaron Winters près du Furnace Creek Ranch. Il fut ensuite exploité par la compagnie Eagle Borax Works puis par Harmony Borax Works. Il était ensuite exporté par des wagons de 10 tonnes tirés par des groupes de 20 mules (twenty mule teams). Il servait à fabriquer du savon.

Le tourisme commença dans les années 1920. Le Scotty's Castle devint un hôtel à la fin des années 1930. Le président Herbert Hoover déclara la région (7 800 Km²) parc national le 11 février 1933. Un programme de travaux la mit en valeur pendant la Grande Dépression (aménagement de routes, de conduites d'eau et de lignes de téléphone). La prospection minière fut sévèrement limitée et encadrée à partir des années 1970. Aujourd'hui, la vallée est surtout un site touristique. Elle est aussi exploitée pour ses métaux et minerais. Il s'agit du plus vaste parc national des États-Unis.

Ma source est www.wikipedia.org


 


 


 


Publié dans Voyages

Commenter cet article

kéline 19/12/2006 19:18

bonne soirée Marie. Chez nous aussi il fait très froid , ce serait sympa qu'il neige pour Noël mais d'abord faudrait il que nous arrivions à destination (Sud) pour ne pas être bloqués sur les routes... Nous partons samedibises

Jean Christophe Bataille 19/12/2006 17:45

J'y suis allé : très impressionant.

fab 19/12/2006 14:15

super! j'aimerais trop y aller!:-)
fab

A-L 19/12/2006 13:59

ça doit être impressionnant.

susan 19/12/2006 12:24

Petit défi fraternel sur mon blog pour Noël, un petit tour ??merci