Richard Sainct

Publié le par Marie


29/09/2004
Par MICHAEL BALCAEN
De Sports.fr


La douloureuse nouvelle du décès de Richard Sainct est tombée ce mercredi 29 septembre. Le motard a fait une chute mortelle lors de la première partie de la quatrième étape du rallye des Pharaons. Transporté en hélicoptère, le Français est décédé dès son arrivée à l'hôpital de campagne installé sur la course, annonce Massimo Garbaccio, responsable du service de presse de la course. A 34 ans, Richard Sainct, triple vainqueur du Paris-Dakar, n'était pourtant pas un novice dans les rallyes-raid. Les organisateurs ont décidé de poursuivre la course jusqu'au bout.

Tragique. Un rallye raid n'a rien d'une balade du dimanche. C'est une course sérieuse et surtout très dangereuse. Rien de nouveau à tout cela. Et pourtant, à chaque fois qu'un pilote paye de sa vie sa passion pour les dunes, le sentiment est terrible. Richard Sainct possédait une énorme expérience. Passé par Kawasaki, KTM, BMW puis de retour chez KTM, il avait notamment remporté trois Paris Dakar (1999, 2000 et 2003).


Navigateur hors norme, pilote émérite et particulièrement doué dans la gestion de ses courses, Richard Sainct s'était forgé au fil des ans un palmarès digne des meilleurs. Mais l'accident ne prévient pas même pour celui qui connaissait bien ces pistes pour s'y être imposé en 2002. Victime d'une chute alors qu'il était seul lors de la quatrième étape, personne ne peut donc expliquer les circonstances exactes de l'accident.

"Il est tombé au km 285 de l'étape qui menait les concurrents de Baharia à Siwa sur une portion de piste sablonneuse très rapide", explique le service de presse. Dans ces cas-là, comme toujours dans ce genre d'épreuves, les concurrents qui le suivaient et qui sont arrivés sur les lieux du drame ont immédiatement tenté de lui porter secours avant d'appeler le service médical. "Il a été secouru par hélicoptère quelques minutes après sa chute mais il est décédé peu après avoir été admis dans la clinique mobile qui suit la course", poursuit Massimo Garbaccio, responsable du service de presse.

L'hommage décidé par Ickx

Inconscient mais encore vivant à son arrivée à l'hôpital de fortune, le natif de Saint-Affrique (Aveyron) s'est éteint quelques minutes seulement après. Pour l'heure, les médecins ne connaissent pas l'origine de ses blessures. Son corps a été transporté à Siwa et devrait sans doute être transféré jusqu'au Caire en attendant de connaître les desiderata de la famille du pilote.

"Nous sommes tous très choqués, explique les organisateurs. La course continue mais le directeur de l'épreuve, l'ancien pilote belge Jacky Ickx, a décidé que, jeudi, la 5e étape ne comporterait qu'une seule épreuve spéciale au lieu de deux, en hommage à Richard Sainct." Si l'épreuve se poursuit effectivement, cette fin d'édition 2004 ne voudra désormais plus dire grand-chose...

Ma source est www.sports.fr

Publié dans Personnages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

stella:0040: 08/12/2006 13:40

Richard est mort en faisant ce qu'il aimait le plus dans la vie : le rallye-raid en moto. C'était, comme la plupart des pilotes un passionné. Je l'ai connu à 5 ans sur une moto avec son père. Il habitait à quelques centaines de mètres de chez moi. Devant sa maison il y avait une petite place avec quelques acacias. Il avait à peine 2 ou 3 ans qu'il faisait des cascades à vélo, c'était un kamikaze, et avec ça un garçon doux et gentil.
Très humble, il est toujours resté licencié au club qui l'a vu évoluer chez nous. Quand il revenait des rallyes, il prenait avec lui les jeunes du club dans la montagne, et ces jeunes n'étaient pas peu fiers. Quand j'ai appris la mort de Richard j'étais effondrée, je l'ai gardé en fond d'écran longtemps, une belle photo dans le Ténéré. Quand j'en parle aujourd'hui c'est avec l'émotion intacte, Richard reste toujours présent dans nos coeurs.
Il est au paradis des pilotes avec tous ces formidables mecs qui ont su nous faire vibrer en allant tutoyer les limites : les Méoni, Senna, Clark, Pironi etc... etc...et je pense à lui quand je regarde les étoiles.
Il n'est pas enterré chez nous à Saint-Affrique, car sa compagne était du Puy en Haute-Loire, et elle a souhaité qu'il soit enterré là au grand désespoir de ses parents.
Merci Marie d'avoir évoqué ce champion extraordinaire, humble et tèrs humain.

Marie 08/12/2006 21:09

Merci à tous pour vos messages...Cela me fait très plaisir...A bientôt, au plaisir de vous lire...

akiko 08/12/2006 10:59

bien triste nouvelle...

Jean Christophe Bataille 07/12/2006 19:57

Quel gachis de mourir à cet age.