Robert Walser

Publié le par Marie


J'ai découvert cet écrivain dernièrement à mon travail.


Je travaille dans la Fondation Livres - Cinéma - Théâtre à Genève. 70% des films sont des adaptations de livres.

J'ai été très touchée par son histoire, sa vie, sa mort....


Robert Walser (15 avril 1878, Bienne, Suisse-25 décembre 1956, Herisau, Suisse) est un écrivain et poète helvète de langue allemande.

Biographie

Issu d'une famille de huit enfants, Walser quitte l'école à quatorze ans et le domicile familial à dix-sept. Il voyage beaucoup et s'essaie sans succès au théâtre. Il démissionne de ses emplois dès qu'il estime avoir fait suffisamment d'économies et écrit alors de la poésie jusqu'à l'épuisement de ses ressources, et ainsi de suite. Dans sa quête poétique, Walser exerce ainsi de nombreux métiers, qui inspireront certains de ses plus grands textes : domestique, secrétaire, employé de bureau...

Il commence à publier ses écrits en 1904 avec Les Rédactions de Fritz Kocher (Fritz Kochers Aufsätze) mais le succès, ou tout du moins la possibilité de vivre de sa plume, se fait attendre. Il loge à Berlin chez son frère, le peintre Karl Walser dont il dressera un portrait doux-amer dans la nouvelle Une vie de peintre (dans le recueil Seeland, 1920). Entre 1907 et 1909, il rédige la première partie de son œuvre : Les Enfants Tanner (Geschwister Tanner) en 1907, Le Commis (Der Gehülfe) en 1908 et L'Institut Benjamenta (Jakob von Gunten) en 1909.

Dans le milieu littéraire berlinois c'est un succès et il recueille l'admiration des plus grands écrivains de l'époque dont Robert Musil. À Prague, le jeune Franz Kafka se dit fasciné et marqué. Cependant, Walser craque et fuit Berlin pour s'installer à Bienne en 1913. Les raisons de son exil sont mystérieuses, Walser l'explique par son besoin de calme et de sérénité pour écrire. En fait, il rentre dans une période de dépression. Il publie des recueils de poèmes et de courtes nouvelles - Histoires (Geschichten) en 1914, La promenade (Der Spaziergang) en 1917 et La Rose (Die Rose) en 1925 - mais il reste en marge de la société en général et de la vie littéraire en particulier.

La Rose sera son dernier ouvrage publié : en 1933, Robert Walser rentre dans la clinique psychiatrique d'Herisau dans le canton de Appenzell Rhodes-Extérieures où il restera jusqu'au jour de Noël 1956 où quittant la clinique pour se promener dans la neige, il marchera jusqu'à l'épuisement et à la mort.


Œuvres

  • Les Rédactions de Fritz Kocher (Fritz Kochers Aufsätze, 1904) ;
  • Les Enfants Tanner (Geschwister Tanner , 1907) ;
  • Le Commis (Der Gehülfe, 1908) - première traduction sous le titre L'Homme à tout faire ;
  • L'Institut Benjamenta (Jakob von Gunten, 1909) ;
  • Histoires (Geschichten, 1914) ;
  • La promenade (1917) ;
  • La Rose (Die Rose, 1925).
  • Cendrillon
  • Sur quelques-uns et sur lui-même
  • Le Brigand
  • Félix
  • Rêveries et autres petites proses
  • Retour dans la neige : proses brèves
  • La Dame blanche et autres petites proses
  • L’Étang
  • Cigogne et porc-épic
  • Porcelaine. Scènes dialoguées
  • Nouvelles du jour: proses brèves II
  • Blanche-Neige, bilingue
  • Le Territoire du crayon, microgrammes
  • Robert Walser, l'écriture miniature
  • Seeland, (1920)
  • "Petits textes poétiques"

Adaptations au cinéma

Ma source est www.wikipedia.org

Site à voir : http://culture.revolution.free.fr  L’Institut Benjamenta de Robert Walser

Site à voir : Robert Walser vie de poète


LITTÉRATURE - A l'occasion des 50 ans de la mort de Robert Walser (1878-1956), la Fondation Bodmer expose ses microgrammes. Leur décryptage a pris vingt ans, leur traduction met en lumière la modernité de l'auteur biennois.

«Flocons de neige et feuilles se ressemblent», écrit Robert Walser dans «Esquisse de prose», l'un des huit textes microscopiques juxtaposés sur le microgramme 119. A la Fondation Bodmer de Cologny, la scénographie de l'exposition «Territoire du crayon» lui donne raison. Dans la pénombre flottent des morceaux de papier, taches blanches fragiles et légères. En s'approchant des vitrines, on distingue sur les feuillets suspendus une étrange écriture au crayon, indéchiffrable. Régulière et minuscule, elle semble tracer les frontières d'un univers secret. Fasciné, ému, le visiteur qui pénètre dans ce «territoire du crayon» a la sensation d'entrer dans un monde très intime, où les énigmatiques morceaux de papier respirent de toute leur mystérieuse présence, à la fois matérielle et spirituelle.
Visibles à la Fondation Bodmer jusqu'à fin octobre, les soixante manuscrits micrographiés font partie d'un ensemble plus vaste de 526 feuillets, rédigés entre 1924 et 1933: les «années bernoises» de Robert Walser, sa dernière période d'écriture, la plus féconde. Sur des supports variés – cartes de visite, enveloppes, lettres, etc. –, la calligraphie minuscule, impeccablement alignée, forme des blocs de textes réguliers qui imitent les colonnes des journaux. C'est d'ailleurs surtout dans la presse que Walser publie à cette époque. Poèmes, courtes proses ou scènes dialoguées, il puise dans ses microgrammes ceux qu'il juge dignes d'être rendus publics, les recopie au net – et à une taille normale – à la plume, et les envoie aux journaux.

La suite de l'article sur www.lecourrier.ch

Publié dans Livres

Commenter cet article

gunnar 29/10/2006 14:37

j'aime beaucoup ton blog. quelle richesse... on a envie de s'y perdre. je suis aussi allé lire "ton" histoire. c'est vrai et donc très émouvant. ton livre est il publié ? si oui comment est il distribué ?en espérant te lire bientôt sur mon blog, je te livre cette citation que j'adore. Lors de son retour d'Irak avant la deuxième guerre, Sean Penn avait cité St Augustin dans un article du San Francisco Chronicle : "L'espoir a 2 filles de toute beauté, la colère et la bravoure. La colère face aux choses telles qu'elles se passent. La bravoure nécessaire pour les surmonter".

Marie 29/10/2006 17:29

Hello gunnar,Merci pour ta visite cela me fait très plaisir....Pour ce qui de mon livre, je suis entrain de l'écrire....donc pas du tout terminer...Je viens souvent te lire sur ton blog....car j'ai un deuxième blog celui de la lutte contre le dopage....A bientôtBises

alaligne 29/10/2006 12:19

je découvre et je suis ravie par ton blog.... merci pour ton com sur le mien.

Jean Christophe Bataille 29/10/2006 11:58

Merci de nous le faire connaitre.

Gérard 29/10/2006 11:05

Salut
vais voir sur le net si je trouve des choses sur lui
Bises et bon dimanche
Gérard

Marie 29/10/2006 12:09

Hello Gérard,Tu peux chercher sur internet....je pense que tu vas trouver des choses intéressante...Dans mon article il y a déjà pas mal de choses pour apprendre à le connaître....A bientôt

kéline 29/10/2006 09:49

merci Marie, je vais regarder ce qu'il y a de lui à la BMBon dimanche!!!